Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 23:01
bateau sur le chenal de Rouen, vers la baie de Seine

bateau sur le chenal de Rouen, vers la baie de Seine

Randonnée pédestre en bord de Seine normande de Poses à l'estuaire - étape 34 - Réserve Naturelle Nationale de l’Estuaire de la Seine - embouchure de la Risle (Eure) - rive gauche - Eure - 2008-2016

Une randonnée au caractère exceptionnel dans cette partie de la Réserve Naturelle Nationale de l’Estuaire.

Mes premières incursions dans la Réserve Naturelle datent de ma première découverte de la roselière qu'il fut possible d'arpenter en empruntant un sentier de la salle de l'avocette au pied du Pont de Normandie aux alentours de 1995.


Cette expérience me fit découvrir à marée basse la vasière, la roselière jusqu'en limite des bords de Seine envasés.
J'y suis allé une première fois avec un petit groupe d'élèves de l'institut dans lequel je travaillais en cette fin de décennie...ainsi que dans la baie de Somme du Hourdel à St Valery-sur-Somme.

J'ai visité plusieurs fois ce milieu incongru m'ouvrant plus tard la possibilité d'entreprendre par moi-même des itinéraires similaires dans d'autres milieux comme ceux de l'estuaire de la Somme, en baie du Mont St Michel, dans les havres et marais du Cotentin ou comme à Plestin-les-Grèves en Côtes d'Armor, Pays du Trégor.
Cette première immersion dans ce milieu fut une vraie surprise que je pouvais renouveler dans d'autres contrées moi-même par expérience bien plus chevronné et plus à l'aise en milieu alpestre et montagnard.


Entre ces périodes et pendant près de 8 ans j'ai randonné au pied des falaises, à distance de celles-ci à marée basse sur l'ensemble des côtes de la Manche de Zuydcoote à Crozon en mer d'Iroise. Ces conditions sont difficiles dus à des enrochements, aux bancs de sable, aux havres ensablés, aux cordons dunaires...


Revenir presque 20 ans plus tard dans l'estuaire me parut plus facile à aborder car ces expériences m'ont permis d'évaluer les dangers, les préparatifs à une telle entreprise. Connaître et se renseigner sur les horaires et les coefficients de marée, se renseigner sur les vents dominants qui ont leur importance lors d'une excursion dans l'estuaire, se renseigner sur les conditions météorologiques et adapter son itinéraire en fonction du temps à impartir afin d'envisager un aller-retour en un maximum de 4 heures de marche en milieu hostile.

J'ai conservé à l'issue de chaque visite dans la réserve les prospectus et les brochures mises à disposition dans les espaces dédiés notamment à la salle de l'avocette pensant que je pourrai y revenir ce qui s'est produit deux fois entre 1994 et 2014. Aujourd'hui à l'heure d'internet il est bien plus facile d'accéder aux plaquettes d'information via le site de la Maison de l'estuaire, cependant certaines brochures que je me suis procuré restent précieuses et bien documentées. J'aime tout autant le support papier et voire même en support cartonné comme le guide assez récent intitulé: "en passant par l'estuaire" dont j'ai du faire l'acquisition en 2014 à la salle de l'avocette.

En 2007, J’avais conservé un article paru dans un journal local, le Courrier Cauchois du samedi 21 avril 2007. L’article évoquait les missions premières de la Maison de l’estuaire (l’aménagement) ses nouvelles missions depuis l’agrandissement du territoire de la réserve, créée en 1997 et s'agrandissant en 2004 ( son rôle dans le contrôle et l’expertise scientifique) sur le site rive droite et rive gauche inscrits en Seine Maritime, Eure (410 hectares) et Calvados.

L’auteur de l’article rappelle aux lecteurs de cet hebdomadaire que l’estuaire ne se résume pas à son embouchure qu'en outre il est long de de 160 kilomètres c’est-à-dire de la Baie de Seine (embouchure) au barrage de Poses – Amfreville-sous-les Monts – Pitres ou une faible salinité est encore repérée.

Le Courrier Cauchois du 21 avril 2007 souligne encore le rôle des bovins et équins, des herbivores qui entretiennent les terres du printemps à l’automne. Les chasseurs jouent un rôle pour la chasse au gibier d’eau en période nocturne comme j’ai pu le constater récemment au petit matin vers 8h45.

C'est ainsi qu'aujourd'hui, je vais m’intéresser à la plus petite partie de la Réserve Naturelle Nationale située entre le feu de l’épi, au bout du chemin entre le pied du Phare de la Roque et la Seine.

Face à la Pointe de la Roque au point de bifurcation du GR23 vers le pied des falaises de St Samsom-de-la-Roque se situe une vaste étendue de marais appelé « le Blanc Banc ».

Nous sommes entre falaise, Risle et Seine à l’embouchure de la Seine "maritime" car il faut noter que le village de Berville est nommé Berville-sur-Mer. C’est la seule commune de l’Eure qui a une emprise sur la façade maritime comme chacun le sait.

La situation fragmentée de cette Réserve Naturelle Nationale de l’Estuaire permet de sauvegarder et de préserver des espaces naturels, des sites fragiles et remarquables et les espèces qui y vivent. Sa situation privilégiée fait d’elle une des réserves remarquables au plan national

La Réserve dans son ensemble comprend des vasières, des pré salés, des roselières, des prairies humides d’eau douce, des prairies dites saumâtres, des marais, des espaces situées en dessous de la « zone de balancement des marées qui ne sont recouverts à marée basse, des milieux découverts à marée basse et couverts à marée haute, des zones submersibles en raison de forts vents ou par effet de sygyzie en référence au récit de Charles Nodier en 1836 dans son ouvrage « La Seine et ses bords », et encore des zones plus insignifiantes comme celles de dunes, de ripisylves, de mares et petits plans d’eau.

La Réserve Naturelle Nationale est aussi remarquable pour sa flore et sa faune diversifiée qui par ailleurs peut être menacée ou en voie de disparition à tout moment.

L’ensemble des articles faisant référence à la faune stipulent que les observateurs avertis et aguerris aux conditions d’observation peuvent y voir des mammifères sauvages comme le phoque marin présent également en baie de Somme, la pipistrelle, le campagnol amphibie ou des amphibiens et reptiles moins nombreux en raison de la salinité des milieux, des crapauds, des grenouilles, des tritons, des reptiles lézards, la couleuvre à collier…

Si la connaissance des insectes est encore peu approfondie, quelques espèces ont été recensées comme des papillons de nuit, libellule… Concernant les poissons et crustacés c’est près d’une soixantaine d’espèces inventoriés comme le saumon, le bar, la plie, les crevettes.

Les oiseaux sont nombreux selon les milieux spécifiques : la panure à moustaches, le grèbe huppé, les macreuses noire et brune, le filigule milouinan, le plongeon catmarin, l’avocette élégante, le bécasseau variable, le courlis cendré, l’huîtrier pie, le tadorne de Belon, la sarcelle d’hiver, l'oie cendrée, le butor étoilé, héron emblématique de la roselière, le phragmite aquatique, espèce menacée au niveau mondial, le tarier des prés, la bergeronnette flavéole, le vanneau huppé, la barge à queue noire, la spatule blanche…

Pour cette randonnée au caractère exceptionnel, nous étions trois seinomarins dont une personne « originaire » de Berville-sur-Mer. Non sans une certaine appréhension malgré tous les soins apportés à la préparation de cette expédition, plusieurs fois reportée en raison de plus mauvaises conditions météorologiques, j’ai conscience d’avoir une chance inouïe de pénétrer dans la Réserve Naturelle Nationale de l’Estuaire.

Nous stationnons notre véhicule au pied du feu de l’épi (GR2), petit coin tranquille si l’on se fie au camping-car présent à cette heure très matinale (8h30). Par choix délibéré c’est ma première incursion dans la Réserve Naturelle Nationale de l’Estuaire sachant que la seconde fut une randonnée de Honfleur à Vasouy sur le seul cordon dunaire de l’estuaire, à ma connaissance.

Seuls le chant des courlis et le passage des cargos peuvent rompre le silence de cet endroit loin de toute habitation. Se chaussant convenablement de bottes ou de chaussures montantes de randonnée, nous partons en direction du Blanc Banc bien balisé sur une bonne centaine de mètres.

C’est sur cette portion recouverte d’eau et de boue que l'un d’entre nous faillit tomber. Se rétablissant comme il put nous pouvions poursuivre. A droite j’aperçois mon chemin à travers le marais, gorgé d’eau, spongieux à souhait. Le chemin apparent sous une petite hauteur d’eau est en fait l’empreinte de roues de 4x4 ou d’engins agricoles.

L’herbe rase semble avoir été broutée encore récemment. Comme l’indique ma carte que j’ai dessinée à partir d’une carte IGN et d’une vue grossie de Google Map sur lequel les traces des véhicules s’aperçoivent vus de l’espace.

Nous sommes au cœur du marais du Blanc Banc. Plus loin, sur notre gauche, à notre présence proche de la mare, une dizaine de cygnes blancs s’envolent en groupe vers Conteville. Les cygnes blancs se découpent à merveille sur ce ciel nuageux et gris sombre.

Une bonne centaine de mètres plus loin nous longeons un bras de Seine (ou bras de mer) que nous ne pouvons traverser sans prendre un risque d’envasement.

Nous sommes contraints de passer par des ouvertures dans la clôture de barbelés. Nous marchons dans 10 cm d’eau en permanence tentant au mieux de passer au-dessus des ornières.

Nous apercevons un peu plus loin trois grands étangs qui de plus près ne font qu’un. Sur cette zone ces plans d’eau abritent trois gabions. De loin nous apercevons une dizaine de chasseurs qui d’après le mouvement du groupe semblent achever leur chasse de nuit au gibier d’eau. Sur l’eau quelques appelants en plastique surnagent en ballottant leur masse légère en une oscillation incessante.

A cet endroit précis, une personne de la Maison de l’Estuaire m’avait averti qu’un seul passage à gué permettait à cet endroit d’accéder à nouveau vers les plages de l’estuaire.

En effet des grilles de fortune et des rails métalliques permettent aux herbivores de franchir à pieds secs ces bassins d’eau ainsi qu’un véhicule sur le franchissement parallèle de deux rails métalliques. Passés ces petits ponts nous nous orientons au nord pour rejoindre le cours de la Seine dans son embouchure.

Après deux cents mètres en prairie gorgée d’eau, nous retrouvons la berge de Seine, ses plages de petits graviers et de gros silex au-dessus d’un versant peu accessible car envasé totalement.

Nous longeons la berge, sur la grève nous nous dirigeons dans l’axe de la Seine vers l’embouchure de la Risle.

Des clôtures et une barrière nous bloquent le passage. Après avoir décroché la chaîne du pieu, nous entrons dans un herbage clos d’un côté par l’eau et de l’autre par la Seine et enfin par la Risle.

Nous esquivons de nombreuses bouses d’herbivore.

Au vu des traces du passage du bétail, ces empreintes nous semblent assez fraîches et récentes. L’Hiver cette année est peu rigoureux, il est vrai. A mesure que l’on approche de l’embouchure de la Risle le rivage est jonché de déchets plastiques, de chaussures, de semelles, de flotteurs, de maillage, de jouets, de briquets, de cartouches de chasse : telle fut notre surprise dans cet espace naturel. Surprise relative car on le sait la Maison de l’Estuaire organise des ramassages de déchets dans la Réserve. Cela ne me surprend pas car bien des fois en amont j’ai découvert des amas de déchets parfois encore plus importants ce dont se charge Naturaulin basé à Notre-Dame-de-Gravenchon ou via l'opération "berges saines"

Devant nos pas deux lapins débusquent et détalent.

Nous entendons le chant des courlis, le vol saccadé des vanneaux.

Aujourd'hui, nous aurons croisé quelques unes des espèces dans cette réserve ainsi que quelques canards ayant échappés au plomb des fusils de chasse. Sur le chemin du retour, nous croisons une personne qui nous fait penser à une photographe ou une scientifique allant en reportage, à l’affût de nouvelles images ou en préparation d’une observation de la faune dans la réserve…que sais-je encore !

Au final nous aurons marché près de quatre heures de 8h40 à 11h45.

Bien trempés, les bottes recouvertes de vase, les bas de pantalon trempés, nous nous changeons, nous nous restaurons avant de repartir sur le Pays de Caux : en repartant vers St-Samsom-de-la-Roque nous apercevons cinq cigognes dans le marais entre la Risle et la départementale Pont de Tancarville-Beuzeville.

Sur la route du retour, par la route de Bouquelon, nous faisons une halte au panorama du Marais-Vernier, ensuite nous poursuivons vers Bourneville, la forêt de Brotonne avant de franchir la Seine au Pont de Brotonne.

Ouvrages et documents consultés

- En passant par l'estuaire 5 fiches "sentiers de découverte" et 9 fiches pédagogiques sur la Réserve Naturelle Nationale de l'estuaire de la Seine, Pixell, Le Havre

- Le Courrier Cauchois du samedi 21 avril 2007, pages Loisirs, p.3

- Vallée de la Seine entre naissance et renaissance, A.R.E.H.N, 2001

-En passant par l’estuaire, Réserve Naturelle Nationale de l’Estuaire de la Seine, Maison de l’estuaire

- Programme scientifique Seine-Aval, 3 – Sables, chenaux, vasières, dynamique des sédiments et évolution morphologique, Coord. Patrick Lesueur, Ifremer, Région Haute Normandie, Agence de l’Eau Seine-Normandie, 1999

- La Réserve naturelle de l’estuaire de la Seine, les dossiers de la Maison de l’estuaire, Maison de l’estuaire, 2008

- La Seine aval du Havre à Paris, Navicarte, guide de navigation fluviale, Port Autonome de ¨Paris Tourisme et Navigation, Editions Grafocarte, 1997

- Brochure n°14 Janvier 2010 l'estuaire en Seine par la Maison de l'estuaire

- Charles Nodier, La Seine et ses bords, Editions Chapitre.com, 1836

sur le web

Maison de l'Estuaire : le site du gestionnaire de la Réserve ...
www.maisondelestuaire.net/

estuaire anthropisé - GIP Seine-Aval

seine-aval.crihan.fr/web/attached_file/.../20457/.../fasc_2-3_web.pdf

Un estuaire qui se comble ... Figure 2 : Estuaire de la Seine en 1750 tiré de la carte de ... Caudebec en Caux voir même La Mailleraye sur Seine. ... l'Eclat au Nord-Ouest du port du Havre (Lennier, 1885). ... du chenal de navigation tout comme les hauteurs d'eau. ..... canal, avec au minimum un aménagement de la rivière.

[PDF]evolution de l'estuaire de la seine entre le pont de ...

seine-aval.crihan.fr/web/...file/.../4118522368atey-Aurélie_DESS.pdf

nombreux contaminants se déversent dans la Seine et se propagent dans la Mer du ... Un estuaire est considéré comme l'extension dans les terres de la limite des faciès ..... Plus en aval, jusqu'au niveau de Berville, la rivière est resserrée .... Extrait carte du 15 Juillet 1862 plan de laseine entre Rouen et Le Havre avec.

[PDF]L'ESTUAIRE

jubilotheque.upmc.fr/fonds-geolreg/GR_000334.../document.pdf?...

PAR G. LENN1ER, ... complète du cours de la Seine, depuis le Havre jusqu'à Rouen ; ils avaient ... Montivilliers, désireux de voir se développer l'industrie de leurs cités, .... sur la rive Nord de l'Estuaire, le plan du canal de Tancarville au Havre, qui ..... afin, comme elle dit dans ses conclusions, de donner satisfaction aux ...

L'utilisation de la pierre - In Situ - Revues.org

insitu.revues.org › Numéros › 7 › Terre, pierre et bois : matériaux...

de L Dujardin - ‎2006 - ‎Autres articles

Plan. Introduction. Les paramètres physiques. Les matériaux, la géologie ... La construction rurale normande est définie ici de manière simple comme ayant trait à tout ce ... une côte maritime de longueur importante et est traversée par un grand fleuve, la Seine. .... 11 Lennier, G. L'estuaire de la Seine… Le Havre, 1885, t.

[PDF]CATALOGUE MARINE taille réduite bis 2009.pub - Librairie ...

www.librairie-bertran-rouen.fr/V_Catal/CATALOGUE%20MARINE.pdf

d'ouvrages doivent se faire dans les huits jours qui suivent leur réception. ... Un des vingt premiers exemplaires tirés sur .... In-8 de 24 pages, plan dépliant de la Seine de Rouen au Havre. ... LENNIER (G.) - L'Estuaire de la Seine. ... Journal Le Havre, 1885. ... La tour fut construite sous François Ier, dont elle porte le

La vallée de la Risle - paysages - Région Haute Normandie

www.atlaspaysages.hautenormandie.fr › ... › Les pays de l'ouest de l'Eure

La vallée de la Risle ... dans le département de l'Orne, la Risle est un fleuve de 150 kilomètres de long dont l'embouchure se situe dans l'estuaire de la Seine.

la Route de l'Estuaire et la Risle maritime - Pays Risle Estuaire

www.normandie-accueil.fr/page,0,0,336.html

Au départ de l'esplanade de Berville-sur-Mer et pendant 2 km : longer la Seine vers l'amont jusqu'à l'embouchure de la Risle, puis longer le bras qui mène au ...

La Risle et ses affluents - Département de l'Eure

www.eure-en-ligne.fr/webdav/site/eure.../02%20-%20La%20Risle.pdf

La Risle s'écoule de la commune de la Genevraie dans le département de l'Orne et se jette dans la Seine à Berville-sur-Mer dans l'Eure. Le bassin versant ...

Plan scenomosaïque de la Seine normande, zoom sur l'étape

Plan scenomosaïque de la Seine normande, zoom sur l'étape

Le profil de l'étape dans la Réserve Naturelle Nationale de l'estuaire, rive gauche de la Seine

Le profil de l'étape dans la Réserve Naturelle Nationale de l'estuaire, rive gauche de la Seine

Le feu de l'épi

Le feu de l'épi

Vers Honfleur

Vers Honfleur

Un bateau remonte le fleuve vers Tancarville

Un bateau remonte le fleuve vers Tancarville

Vue vers les coteaux de St Vigor rive droite de l'embouchure

Vue vers les coteaux de St Vigor rive droite de l'embouchure

Profil des falaises de St Samsom-de-la-Roque

Profil des falaises de St Samsom-de-la-Roque

Près de la Seine

Près de la Seine

Bras de Seine

Bras de Seine

Les falaises de la Roque

Les falaises de la Roque

Entre le feu de l'épi et l'embouchure

Entre le feu de l'épi et l'embouchure

"appelant"...

"appelant"...

rails pour le passage de véhicule

rails pour le passage de véhicule

Terres d'eaux

Terres d'eaux

Mares et étangs

Mares et étangs

Un navire en provenance de Tancarville

Un navire en provenance de Tancarville

Mon cairn de l'estuaire

Mon cairn de l'estuaire

Vers l'embouchure

Vers l'embouchure

Le passage des cargos est fréquent

Le passage des cargos est fréquent

Grands espaces

Grands espaces

Reflets

Reflets

Camaïeu de gris

Camaïeu de gris

Laisses de fleuve

Laisses de fleuve

Plage envasée

Plage envasée

Laisses de fleuve

Laisses de fleuve

Vers le large

Vers le large

Autre plage de Seine

Autre plage de Seine

Chardons

Chardons

Pré-salé- prairie d'estuaire

Pré-salé- prairie d'estuaire

Echouage en provenance de Fécamp

Echouage en provenance de Fécamp

La Seine

La Seine

Berge instable

Berge instable

Plage dans l'estuaire

Plage dans l'estuaire

La Risle

La Risle

Echouage d'un "Teddy bear"

Echouage d'un "Teddy bear"

Laisse de la Risle

Laisse de la Risle

Traces et empreintes à l'embouchure

Traces et empreintes à l'embouchure

L'embouchure de la Risle

L'embouchure de la Risle

Vue sur l'embouchure du canal du retour  à Berville-sur-Mer

Vue sur l'embouchure du canal du retour à Berville-sur-Mer

L'arbre va prochainement  se déraciner et vaciller

L'arbre va prochainement se déraciner et vaciller

Coffre ouvert et rempli de quelques échouages en estuaire

Coffre ouvert et rempli de quelques échouages en estuaire

Partager cet article

Repost 0
Published by melodymaker
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Pascal Levaillant artiste seinomarin
  • Le blog de Pascal Levaillant artiste seinomarin
  • : ce blog a vocation de compléter par des articles et documents visuels mes pratiques artistiques (elles sont multiples)l
  • Contact

Recherche

Pages: Côte D'albâtre À Pied