Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 06:30

Art végétal 

Land art

et  

[aire végétale]

 

installations et oeuvres en cours.

 

Porte feuiilles aire vegetale Detail 2 Levaillant 2012 300

 

 

Art Végétal  & Land Art [Aire végétale]


Aujourd’hui  on nous dit que la biodiversité est menacée,  que la disparition d’espèces végétales est dramatique, que la déforestation est galopante et anarchique, que la sécheresse  gagne du terrain sur de nouveaux territoires.


Qu’en sera-t-il  vraiment si  ces phénomènes ne sont pas suffisamment contrôlés et régulés ?


Evoquer le règne végétal revient à se préoccuper  aujourd’hui de la sauvegarde des espèces et pas seulement de l’exploitation outrancière à  seuls fins alimentaires ou de profit.

La terre est nourricière, source d’énergie, refuge du monde animal et humain.


Sans eau, sans végétal et minéral que serions-nous ?


L’homme doit repenser pour les générations futures,  la gestion de la biodiversité, des éco systèmes, de l’environnement, du développement durable, des matières premières et des ressources naturelles.

 


En dehors et en parallèle de ces problématiques qui nous touchent dès à présent  l’art est une alternative à ces préoccupations matérielles, alimentaires, environnementales, politiques  au niveau planétaire.

 

Feuilles a petits carreaux on canvas aire vegetale Levailla

Les problèmes environnementaux sont multiples et tout autant que les démarches artistiques liés à l’environnement dans le lequel œuvre l’artiste.


C’est par l’angle du Land art que j’approche l’art du végétal, démarche  complémentaire à l’art du minéral, le C.A.I.R.N. [Construction Artistique Incorporant des Roches Naturelles"]

Créer avec et au sein du règne végétal est une expérience, un acte innovant et artistique qui s’exprime depuis ma prime enfance et qui  n’a cesse d’évoluer. En effet, au fil du temps,  je continue d’entretenir un rapport intime  avec la nature, dans la nature.


Je puise dans ce règne végétal un élan, une source d’inspiration qui rend le végétal  motif, matériau, matière, support pour la création.


Le végétal offre en effet une diversité infinie, une mosaïque de couleurs sans limite à l’égal de l’infinie  richesse des tonalités trouvées dans la nature à l’état naturel.

La création artistique s’impose au gré des balades, des collectages, des collections de feuilles, feuillages, bois, textiles, matières, fibres…

Ces  formes et structures végétales (aires végétales) s’installent en pleine nature ou dans des endroits  inédits et propices à leur installation (monuments, décors naturels)… et conservés par le biais de la prise de vue photographique.

Le végétal est devenu pour moi un médium  qui me rapproche sans cesse  de la nature.

 

Depuis longtemps philosophes et artistes ont compris l’imbrication de la nature et de l’art.


Aristote a eu cette formule : « l’art imite la nature ».

Cette formule donna naissance à la « Mimésis ».

Zeuxis fut un peintre qui marqua les esprits tant la vraisemblance de ses raisins peints trompait les oiseaux venant les picorer en vain. Il est dit que plus tard la « Mimésis »  a influencé le système pictural occidental de la Renaissance au XIXème siècle. Même si cette doctrine a dominé  l’histoire de l’art pendant cette période, elle a été  pour autant condamnée  dès  l’antiquité puis par Léonard de Vinci et Albrecht Dürer.


Aline  Rutily, dans l’ouvrage « ESTHETIQUE ET ENVIRONNEMENT », évoque l’idée, que Dürer et Vinci affirmaient dans leurs peintures, que le peintre trouve en lui-même les « idées intérieures » qui sont à l’origine de la création artistique.

D’autres  détracteurs  de la « Mimésis » tels Hegel ou Eugène Delacroix soutiennent  que «  l’art est un processus mental et que le modèle est  intérieur. »

Selon  Hegel « de nature essentiellement spirituelle, l’œuvre d’art est l’expression de la subjectivité et des sentiments de l’artiste »


Cependant  la question de l’imitation  suscite encore un vif intérêt de  nos jours : Exposition « Copier-Créer », 1993, Musée du Louvre in « ESTHETIQUE ET ENVIRONNEMENT, p12.

 

Entre ces époques et ces mouvements de l’histoire de l’art, Arcimboldo (1530-1593) peintre maniériste italien, connu pour ses portraits composés de végétaux ou de minéraux a toujours attiré ma curiosité.

Aline Rutily souligne encore que depuis  Whistler et Turner, la subjectivité de l’artiste est à l’honneur. Pour Oscar Wilde dit-elle, « personne avant le XIXème siècle, n’a prêté aux paysages londoniens noyés de brume la moindre valeur esthétique ».C’est ce que diront plus tard d’une autre façon certains critiques d’art  d’ « impression, soleil levant » de Monet (Impression, soleil levant est un tableau peint en 1872 par Claude Monet.)


Aline  Rutily, in « ESTHETIQUE ET ENVIRONNEMENT, p19, à propos de l’œuvre d’art contemporaine et de son rapport à l’environnement, soutient, citant  Catherine Millet in : l’Art contemporain en France Flammarion (1987), « qu’on a pu même parler de « mutation » de la peinture et de la sculpture en installations.


« Des  collages cubistes ou surréalistes aux installations de Patrick Saytour ou d’Edouard Kienhollz, en passant par les ready-made de Duchamp ou le Combine-Painting de Robert Rauschenberg, l’œuvre comporte de plus en plus d’objets, de matériaux que l’artiste contemporain emprunte à son environnement immédiat et qu’il détourne à des fins esthétiques. » Aline  Rutily, in « ESTHETIQUE ET ENVIRONNEMENT, p19

 

 

Le texte suivant de  Michel  de Certeau  a éclairé la portée de mon élan artistique pour mieux le comprendre:

 

« La raison technicienne croit savoir comment organiser au mieux les choses et les gens, assignant à chacun une place, un rôle, des produits à consommer.
Mais l’homme ordinaire se soustrait en silence à cette conformation.
Il invente le quotidien grâce aux arts de faire, ruses subtiles, tactiques de résistance par lesquelles il détourne les objets et les codes, se réapproprie l’espace et l’usage à sa façon »
Michel de Certeau – L’invention du quotidien 1. Arts de faire, nouvelle édition établie et présentée par Luce Giard. Editions Gallimard, Paris, 1990.


Aline Rutily  in ESTHETIQUE ET ENVIRONNEMENT,  p22. : « L’œuvre éphémère inscrite dans le paysage a acquis un statut de nouvelle forme d’art, comme média autonome dans le champ des arts plastiques. L’idée, héritée des romantiques, que   la nature est en elle-même une œuvre d’art conduit ces artistes à donner à voir un signe minimal de leur intervention comme, par exemple, une simple ligne tracée sur le sol »


C’est lors des premières installations, interventions éphémères d’artistes dans le paysage, au cours des années 60, que les « Earth-workers » ont quitté les espaces clos, les musées pour œuvrer en pleine nature, in situ.

Plus récemment des artistes contemporains ont revisité le végétal en l’introduisant dans leurs œuvres de Land Art par des installations en pleine nature, minimalistes ou monumentales.


Le végétal est alors  détourné, manipulé, déplacé, combiné dans son environnement naturel ou dans des lieux insolites dédiés à des installations.


De l’œuvre éphémère  minimale inscrite dans le paysage, ou du « paysage ready made » des créateurs démiurges en land art  aux jardins d’artistes , cette nouvelle lecture des éléments du monde végétal  a inspiré Andy Glodsworthy, Nils-Udo, Bob Verschueren, Richard Long, Richard Shiling et les français  Gilles Bruni, Marc Babarit depuis les années 60 en bien d’autres de leurs contemporains  depuis.


Incorporer le végétal dans la création est aujourd’hui plus qu’un mouvement. C’est devenu une démarche artistique contemporaine  y compris par  d’autres médiums et médias tels  la photographie, l’architecture, les arts décoratifs,  le paysage végétal, les jardins, la vidéo…

 


L’artiste devient créateur d’espaces…  en cela j’aime ancrer mes œuvres au cœur des lieux de vie des hommes mais aussi et surtout à l’écart des lieux de vie des hommes dans des espaces naturels (forêt- rive et plage des rivières et des fleuves, littoral …) qu’ils délaissent pour la plupart  au profit de ses déambulations en ville, en milieu urbain.

 


tapis essences vegetales Buis aire vegetale Levaillant 2012tapis essences vegetales erable de Montpellier aire vegetaltapis essences vegetales Houx aire vegetale Levaillant 2012

 

 

 

 

Land art - Aire végétale - C.A.I.R.N - Installation © Levaillant 2012

Mouvement FRIENDS © Levaillant 2012 : Formes, Roches Installations Elémentaires Naturelles De Seinemaritime

 

 

 

 

 

 

Lectures – repères bibliographiques :


ESTHETIQUE ET ENVIRONNEMENT,  Aline Rutily, Nathan pédagogie, éditions Nathan 1994

Ribon Michel, l’Art et la nature , Hatier, Paris, février 1988

Ferrier Jean-Louis, l’Aventure de l’art au XXème siècle, Chêne-Hachette, Paris, Octobre 1988

Pelissier Alain, Du Paysage, CNAC, magazine n°44, Centre Georges-Pompidou, Paris, mars-mai 1988

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Pascal Levaillant artiste seinomarin
  • Le blog de Pascal Levaillant artiste seinomarin
  • : ce blog a vocation de compléter par des articles et documents visuels mes pratiques artistiques (elles sont multiples)l
  • Contact

Recherche

Pages: Côte D'albâtre À Pied