Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 11:23

le C.A.I.R.N

 

[Mosaïque verticale] Land Art

  

"Le C.A.I.R.N. est une Construction Artistique Incorporant des Roches Naturelles"

.Installation © Pascal Levaillant  2012

 

...mais  pas seulement.

 

cairn-de-la-tete-au-carre---Pourville-sur-Mer--Juin-2012.jpgsur la Côte d'Albâtre

 

Mes Installations de mosaïques verticales et éphémères de galets,  les  C.A.I.R.N (s)  sont érigées un peu partout sous le territoire normand (littoral et Vallée de Seine) et ailleurs.

Dans cet art apparenté au Land Art,  les oeuvres éphémères érigées en milieu naturel  ne subsistent que par la trace photographique prise par l'artiste.

 

 

En pleine nature le cairn est une  pièce unique de mon art éphémère (Land Art) sur les berges de la Seine et sur le littoral normand.

 

A contrario des monolithes (menhirs), le C.A.I.R.N  s’apparente à  une mosaïque de pierre, verticale, toute en équilibre et  sans joint. Cet art et cette pratique ancestrale  éphémère, atypique  sont peu répandus  sauf sur le littoral (Manche- Atlantique-Baltique-Mer du Nord…) ou au sommet des montagnes.

 

Le cairn est entré dans le courant artistique du Land art [apparu à  la fin des années 1960 aux Etats Unis]


Depuis les années 60 le Land Art apparait et est devenu une tendance de l’art contemporain.

Les artistes utilisent des matériaux issus de la nature comme le bois, la terre, les pierres, la  rocher, le sable  et bien d’autres matériaux comme le bois flotté. Ils utilisent ces matériaux en les creusant, les évidant, en les sculptant, en les déplaçant dans l’espace en les répétant, en les accumulant, en les plantant dans le sol, en les habillant, en les transformant...

 

Le Land art propose une approche monumentale, minimale et conceptuelle du traitement artistique du paysage.

 

Il s’agit pour les artistes et les passionnés du Land Art d’effectuer des interventions sur ou dans le paysage  en le modifiant de manière provisoire ou durable.

 

En phase une certaine idée du respect de la nature, par mes C.A.I.R.N (s)  j’œuvre davantage sur une toute légère modification, très provisoire, des éléments sélectionnés pour leur édification car aux  marées successives,  la plupart de ces  C.A.I.R.N (s) retournent au fleuve ou à la mer par l’effet des vagues et du vent.


Plus généralement les artistes du Land Art veulent vivre un rapport intime avec la nature en proposant d’éloigner l’art des musées et des galeries.

Beaucoup d’artistes s’inspirent des sites archéologiques et sacrés.

Certains ajoutent à leurs œuvres des éléments naturels étrangers à la structure première, aux matériaux originels de l’œuvre.

 

D’autres se contentent d’utiliser les matériaux existants  tels mes  C.A.I.R.N (s) sur le lit  ou sur la rive d’un fleuve.

 

Ce mouvement dont le premier axe historique est le gigantisme  et la transformation important des lieux,  lié aux paysages américains est né dans les années 1960.


En deux mouvements distincts, je suis plus sensible adepte du  second  mouvement car plus  il est en harmonie avec la nature, moins violant [les déplacements des éléments collectés, choisis, sélectionnés se limitent à des marquages, de simples traces et empreintes du pas, d’un pied.


L’œuvre subsiste par le biais d’un film, d’une vidéo ou de photographies permettant à l’artiste, aux artistes de fixer l’œuvre et l’installation en pleine nature. Comme beaucoup d’artistes, je photographie mes œuvres en pleine nature. Mes  C.A.I.R.N (s) [œuvres  éphémères, mosaïque verticale de pierre ] sont ainsi immortalisés  pour garder la trace des œuvres.


Je construis mes C.A.I.R.N (s)  sur le littoral de la Côte d’Albâtre (Somme et Seine Maritime), le Léon, les Côtes-d’Armor (Trégor), le Finistère (Léon),  l’Ile et Vilaine (Côte d’émeraude), le Cotentin (Manche), en ville  (Rouen) ou sur les rives de la Seine mais pas seulement...(Savoie, Isère, Ain, Lot, Garonne ...)

 

cairn--de-la-balance-fw.jpgA Dieppe


cairn-de-Chateau-Gaillard-for-site.jpg

 

A Chateau Gaillard (Eure)

 

Gilles A. Tiberghien offre un aperçu des connaissances sur et autour du Land Art  dans son ouvrage « Land Art », il définit le Land Art comme une épure et l’ambition de se débarrasser de l’art du chevalet et des grands principes du modernisme et faire entrer l’art hors des musées et de le faire autrement que dans des expositions muséales.

Travailler dans la nature devient la toile, la matière, l’opus.

Quant à Jean Noël Fessy, il écrit postule que c’est « l’art dans la nature », « c’est sortir de son atelier solitaire pour aller travailler dans, en rapport et avec la nature, nature qui peut d’ailleurs très bien être urbaine »

Source in : www.artactif.com/fessy, www.artactif.com/fr/land-art.php-

A lire et à consulter ce bel ouvrage : Marc Pouyet Artistes de nature Pratiquer le Land Art, au fil des saisons Ed Plume de carottes plumedecarotte.com

 

 

 

Cairn-de--Tolosa----Pont-Neuf---Haute--Garonne----Installat.jpgA Toulouse


 

 

à propos des Cairns,de la mosaïque verticale,

de l'art éphémère, du Land Art, des Installations en pleine nature

 

[cairn, kern - inukshuk - steinmann - steenman - hermios - empilement de pierres]

 

 

           "Le C.A.I.R.N. est une Construction Artistique Incorporant des Roches Naturelles" 

        Installation © Pascal Levaillant 2012

 

 

Cairn-du-Lampy---Tarn----Installation-c-Levaillant-2012---.jpgen Montagne Noire

 

Kern-des-rapides---Ain---Levaillant-c-2011.jpg

 

Rive de l'Ain

 

 

 

Kern-des-voiles-de-la-liberte---Seine-Maritime---Levaillan.jpg

 

Rive  de la Seine

  • Si chacun se souvient du logo des J.O d'hiver de Vancouver 2010, le cairn n'est pas seulement identifié au Canada car on trouve la trace et l'usage du cairn (kern) un peu partout dans le monde. Pour rester francophone, l'origine de l'empilement de pierre proviendrait de multiples lieux et d'époques comme d'usages.

 

Dans l'antiquité, en Grêce plus précisément, on trouvait déjà des hermios (empilements de pierres) pour marquer les routes. Dans la Grêce antique Hermès ne fut-il pas le dieu des routes et des voyages.

 

En France et en Europe, on trouve également beaucoup d'empilements de pierre au sommet des montagnes ou au bord des sentiers de montagne, comme j'ai pu en voir et en ériger dans les Alpes, dans les années 60.

 

On appelle ces empilements fréquemment des cairns (en Bretagne) le plus connu dans cette région est probablement le cairn de Barnenez, j'ai vu cet édifice en 2010 lors d'un séjour en Bretagne.

Le mot cairn proviendrait de l'écossais càrn. Il désigne plusieurs types de collines ou des tas de pierres naturels. En Ecosse, l'empilement de pierre sur des collines semble être une vieille coutume. La  dite coutume voudrait que beaucoup d'écossais déposent une pierre au sommet des collines qu'ils visitent. Selon un vieux dicton : "Cuiridh mi clach air do chàm " , traduisez: " J'irai déposer une pierre sur ton cairn".

 

Le cairn pouvait avoir fonction de tombeau néolithique (Inde, Tibet, Bretagne [Barnenez]

Le tumulus et le dolmen seraient une autre forme connue de cairn (Tumulus de Gravinis  [Golfe du Morbihan], alignements et empilements à Stonehenge [UK] que j'ai visité.

D'autres cairns célèbres et imposants sont bien connus: les pyramides égyptiennes de la haute vallée du Nil ou la pyramide de Khéops.

Le menhir serait un cas particulier car  monolithe, il est en principe érigé artificiellement sur un site.

 

Eriger des cairns reste un art de faire encore vivace  et répandu même s'il est peu visible du plus grand nombre d'entre nous.: galets, pierres, blocs, rohers, cailloux  sont les matières du cain maker, du randonneur, du promeneur, de l'artiste Land Art.

 

Par cette pratique il s'agit, pour certains dont je fais partie, de défier les lois de la gravité et de la physique ou de l'équilibre.


S'agit-il de représenter l'immortalité de l'homme du fait de son court passage sur terre?

S'agit-il encore de marquer son passage sur un itinéraire?

S'agit-il d'une pratique qui constitue un lien social sur un territoire donné et qui perpétue la coutume écossaise ?

 

En ce qui me concerne mes cairns  érigés en pleine nature, ils sont les pièces uniques  de mon art éphémère (Land Art) mis en scène  sur les berges de la Seine, de l'Eure, sur le littoral normand de la Côte d'Albâtre,  celle du Cotentin, en Bretagne sur les côtes de l'Île est Vilaine, du Pays du Trégor, du Léon en Finistère, sur les rives des rivières et des cours d'eau du Lot, de l'Ain, de l'Isère, la Garonne...

 

Kern-des-bulles-de-Grenoble----Isere----Levaillant-c-2011.jpgA Grenoble

 kern-du-Lot--Lot---Levaillant-c-2011.jpg Dans le Lot

 

Kerns-du-Landin---Eure---Levaillant-c-2011.jpgRive de la Seine


A contrario des monolithes (menhirs), le cairn s'apparente à une mosaïque de pierre verticale, toute en équilibre dénouée de joint..

De cet art et  de cette pratique ancestrale  s'érige  une installation  plus ou moins éphémère car elle se trouve éprouvée par le jusant ou le flux, par le vent, la pluie, le courant d'air, la montée des eaux...le temps, l'emprise du temps.

 

Le cairn  est entré comme discipline artistique dans le Land Art, au cours  des années 60 au USA.

Le Land Art est devenu une tendance de l'art contemporain à part entière.

Les artistes utilisent des matériaux issus de la nature comme le bois, la terre, les pierres, le rocher, le sable et biens d'autres matériaux naturels.

 

Les artistes  du Land Art utilisent ces matériaux en les creusant, en les évidant, en les sculptant, en les déplaçant dans l'espace, en les répétant, en les accumulant, en les plantant et en les fichant dans le sol, en les habillant, en les transformant...

En cela je dirai que le CAIRN  est une Construction Artistique Imitant  les Rochers Naturels.

 

Le Land Art propose une approche monumentale, minimale et conceptuelle du traitement artistique du paysage.

En phase avec une certaine idée du respect de la nature depuis mon plus jeune âge, par mes CAIRNS, j'œuvre davantage sur une toute légère modification, très provisoire, des éléments sélectionnés pour l'édification du kern. En effet en raison des marées, des flux, reflux la plupart de ces installations éphémères retournent naturellement au fleuve ou à la mer par les seuls effets de l'eau ou du vent.

Plus généralement les artistes du Land Art veulent vivre et opérer un rapport intime avec la nature en proposant d'éloigner l'art des musées et des galeries.

Beauoup s'inspirent des sites archéologiques et sacrés, certains ajoutent à leurs oeuvres des éléments naturels étrangers à la structure première, aux matériaux originels de l'oeuvre.

Pour ma part, j'utilise seulement les matériaux existants pour mes .

A contrario de mes installations en pleine nature, le premier axe historique  fut le gigantisme lié aux paysages américains et la transformation important de ces lieux, dans les années 60.

 

 

Gilles A. Tiberghien offre un aperçu des connaissances sur et autour du Land Art dans son ouvrage « Land Art », il définit le Land Art comme une épure et l’ambition de se débarrasser de l’art du chevalet et des grands principes du modernisme et faire entrer l’art hors des musées et de le faire autrement que dans des expositions muséales.

 

Travailler dans la nature devient la toile, la matière, l’opus.

 

Jean Noël Fessy postule que c’est « l’art dans la nature », « c’est sortir de son atelier solitaire pour aller travailler dans, en rapport et avec la nature, nature qui peut d’ailleurs très bien être urbaine »

 

Source in :

www.artactif.com/fessy,

 www.artactif.com/fr/land-art.php-

 

Je suis  beaucoup plus sensible à la démarche qui privilégie le  respect de la nature  car le Land Art est à ce stade, plus en harmonie avec la nature et moins violant pour l'environnement naturel [Les déplacements des éléments collectés, choisis, sélectionnés se limitent à de simples  marquages, de simples traces ou empreintes du pas, de pieds]

L'œuvre subsiste par le biais du film, de la  vidéo ou de la  photographie [prise de vue] permettant ainsi à l'artiste de fixer durablement l'nstallation réalisée en pleine nature.

En cela le Land Art s'apparente  au courant d'art  et au mouvement des impressionnistes, eux aussi très en symbiose avec la nature et  peignant en pleine nature.

 Par la photographie, mes installations sont immortalisées et visibles sur d'autres médiums et médias.

 

 

 

Force est de constater,  l'existence d'écrits  et de documents sur ce sujet   ou à consulter sur le Net est peu abondante:

Ce qui m'a conduit à consulter quelques documents.

 

Voici les liens de quelques artistes:

 

http://www.davidstricker.ch/

Oeuvres d'art en Plein air, Andy Goldsworthy

http://nicolas.wintz.nw.pagesperso-orange.fr

Clémence Renaud – Elizaveta Konovalova : CAIRNS - ArtéMédia

www.artactif.com/fessy

www.artactif.com/fr/land-art.php-

www.richardshilling.co.uk/ 

 

Ouvrages:

 

 

 

  • Hervé Le Tellier. Inukshuk, l'homme debout. Bordeaux : Castor astral, 1999. (roman)
  • Mike Ulmer. The Gift of the Inuksuk. Chelsea : Sleeping Bear Press, 2004. (littérature jeunesse)
  • Gérard Moncomble. Inukshuk, le garçon de pierre. Milan jeunesse (Terre de couleurs), 2004.  (littérature jeunesse)

     

  • Marc Pouyet - Artistes de nature Pratiquer le Land Art, au fil des saisons Ed Plume de carotte

    www.plumedecarotte.com/

     

     

Je remercie ces auteurs pour ce collectage de données qui restent à approfondir.

 

librenecessite.over-blog.com/article-empillements-de-pierres,

fr.wikipedia.org/wiki/Inukshuk,  

Empilement de pierres - Martouf

 

 

 

Cairn-Spark-du-canal-du-midi---Seuil-de-Naurouze----Aude---.jpg

 

Naurouze

 

 

Cairns-du-petit-nuage---Plateau-de-Beille---Ariege----Insta.jpg

Plataeu de Beille

 

cairn-du-marais-de-Bardouville-FW.jpg

En Seine

 

 

cairn-Horizon-Normandie-for-site.jpg

 

Chateau Gaillard

 

 

Je ne manquerai pas de compléter ces références bibliographiques au fur et à mesure de mes lectures et de mes découvertes

PS: Vous pouvez aussi m'adresser de nouveaux liens et d'autres  références à des ouvrages si vous le voulez, cela nous permettra d'enrichir nos connaissances.


Merci

 

Partager cet article

Repost 0
Published by melodymaker - dans mosaïque et Pixel-art
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Pascal Levaillant artiste seinomarin
  • Le blog de Pascal Levaillant artiste seinomarin
  • : ce blog a vocation de compléter par des articles et documents visuels mes pratiques artistiques (elles sont multiples)l
  • Contact

Recherche

Pages: Côte D'albâtre À Pied