Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 06:54
Channel n° 16 – Carré Art Bouton – Mosaïque & Assemblage mixte © Levaillant 2014

Channel n° 16 – Carré Art Bouton – Mosaïque & Assemblage mixte © Levaillant 2014

Channel n° 16 – Carré Art Bouton – Mosaïque & Assemblage mixte © Levaillant 2014

La série « Channel » commencée en 2014 est constituée actuellement d'une quarantaine d'opus mosaïque-assemblage dont les matières proviennent des ressources naturelles du littoral, des laisses de fleuve et de mer, de bois de barque, bois flotté de palette, bois des forêts et des chemins, bois de la plage, et des nombreux rebuts et déchets que l’on trouve en pleine nature, en bord de Seine ou au bord du littoral français.

Ce "Channel" n°16 m'a été inspiré par mes collectages en basse vallée de Seine, sur les plages du Pays de Caux - bord de Seine et plus particulièrement sur la plage de Villequier - à Rives-en-Seine en proximité de la barre-y-Va et de la Roquette.

Le titre "Channel" rend hommage au pays de Caux entre terre et mer ouvert d'un côté sur la Manche et de l'autre sur la Seine

Cette série a un parfum d'aventure et chasse aux trésors sur les terres du pays de Caux.

Ce carré n° 16 est constitué de bois flotté, de bois de coffrage et de vieux boutons provenant d'Emmaüs, Notre Dame de Bondeville

Je vous invite à découvrir les Emmaüs de Seine Maritime basés à Cauville sur Mer, Notre Dame de Bondeville, à Esteville, à St Pierre-lès-Elbeuf, à Petit-Quevilly...

Depuis douze ans je détourne activement les minéraux et les végétaux environnants valorisant ainsi leur diversité.

Ma démarche s’inscrit dans projet esthétique élaboré à partir d’éléments naturels collectés, sélectionnés, installés in situ (en pleine nature) ou intra-muros de lieux culturels et patrimoniaux.

La direction affichée est de promouvoir l’art de la nature, avec la nature tout en respectant l’environnement dont je prélève les matières issues du règne minéral, végétal et peu ou prou animal.

Créer avec et au sein du règne végétal, minéral et animal est une expérience, qui me permet de continuer d’entretenir un rapport intime avec la nature et dans la nature.

La nature est la plus belle des palettes pour le plasticien.

Ainsi sélectionnés ils deviennent motif, matériau, matière, support pour la création.

Le végétal et le minéral offrent une diversité, une mosaïque de couleurs sans limite à l’égal de l’infinie richesse des tonalités trouvées dans la nature à l’état naturel au gré des balades, des collectages, des collections de feuilles, feuillages, bois, roches, galets, graviers, coquillages, minéraux ou manufacturé: rebut, déchet que la mer et les eaux rejettent et repoussent sur les plages du fleuve ou du littoral : textiles, matières, fibres, plastiques, cordages, flotteurs…

Incorporer ces matières dans la création est une démarche artistique contemporaine à l’instar de la photographie, l’architecture, les arts décoratifs, le paysage végétal, les jardins, la vidéo…

Mon langage poétique et plasticien s'exprime avec la nature et par la nature que je passe au crible. Je suis un "ambassadeur de la nature", une vraie seconde nature par laquelle j'assouvis mon activité de cueilleur, glaneur.

Ma démarche est une forme de passerelle entre l'art d'aujourd'hui et des formes plus anciennes comme l'art des peuples arctiques (peuple du Dorset notamment) et celle plus contemporaine tel le dadaïsme dont Apollinaire en 1913 a jeté les prémices par son manifeste: "On peut peindre avec ce qu'on voudra, avec des pipes, des timbres-poste, des cartes postales ou à jouer, des candélabres, morceaux de toile cirée, du papier peint, des journaux" (Picasso - Braque...)

Le dadaïste Kurt Schwitters proposera ainsi de "déformuler" les débris, de redonner à ce qui a été mis en pièces une dignité nouvelle, de permettre à ces "restes d'accéder au "ciel des ordures". Jean Arp qui lui était contemporain et proche adoptera une démarche voisine avec sa trousse d'un Da ( 1920), bois flotté cloué sur bois.

Un peu plus tard Louise Nevelson contribua à l'émergence de l'assemblage avec des matériaux naturels ou détournés puisés dans l'environnement immédiat.

Pour moi, l'assemblage, tout comme la mosaïque est un procédé permettant de créer des représentations concrètes ou abstraites d'où surgissent l'image, le motif.

Repost 0
Published by melodymaker
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 08:07
"Channel" n° 15 – Carré du Calidu – mosaïque et assemblage mixte © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n° 15 – Carré du Calidu – mosaïque et assemblage mixte © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n° 15 – Carré du Calidu – mosaïque et assemblage mixte © Pascal Levaillant 2014

La série « Channel » commencée en 2014 est constituée actuellement d'une quarantaine d'opus mosaïque-assemblage dont les matières proviennent des ressources naturelles du littoral, des laisses de fleuve et de mer, de bois de barque, bois flotté de palette, bois des forêts et des chemins, bois de la plage, et des nombreux rebuts et déchets que l’on trouve en pleine nature, en bord de Seine ou au bord du littoral français.

Ce "Channel" n°15 m'a été inspiré par mes collectages en basse vallée de Seine, sur les plages du Pays de Caux - bord de Seine et plus particulièrement sur la plage de Villequier - à Rives-en-Seine en proximité de la barre-y-Va et de la Roquette.

Le titre "Channel" rend hommage au pays de Caux entre terre et mer ouvert d'un côté sur la Manche et de l'autre sur la Seine

Cette série a un parfum d'aventure et chasse aux trésors sur les terres du pays de Caux.

Ce carré n° 15 est constitué de bois flotté, de bois de barque, de galets de polystyrène sectionnés et tranchés finement, de rondelles de flotteurs, de bouchons de liège,

L'encadrement est réalisé également en bois flotté.

Je vous invite à découvrir le Calidu à Caudebec-en-Caux, Rives-en-Seine grâce à ce lien relatant mon incursion au Calidu en 2015:

Randonnée pédestre en bord de Seine normande de Poses à l'estuaire - étape 26 - Caudebec-en-Caux (Rives-en-Seine) - rive droite - Seine Maritime

Depuis douze ans je détourne activement les minéraux et les végétaux environnants valorisant ainsi leur diversité.

Ma démarche s’inscrit dans projet esthétique élaboré à partir d’éléments naturels collectés, sélectionnés, installés in situ (en pleine nature) ou intra-muros de lieux culturels et patrimoniaux.

La direction affichée est de promouvoir l’art de la nature, avec la nature tout en respectant l’environnement dont je prélève les matières issues du règne minéral, végétal et peu ou prou animal.

Créer avec et au sein du règne végétal, minéral et animal est une expérience, qui me permet de continuer d’entretenir un rapport intime avec la nature et dans la nature.

La nature est la plus belle des palettes pour le plasticien.

Ainsi sélectionnés ils deviennent motif, matériau, matière, support pour la création.

Le végétal et le minéral offrent une diversité, une mosaïque de couleurs sans limite à l’égal de l’infinie richesse des tonalités trouvées dans la nature à l’état naturel au gré des balades, des collectages, des collections de feuilles, feuillages, bois, roches, galets, graviers, coquillages, minéraux ou manufacturé: rebut, déchet que la mer et les eaux rejettent et repoussent sur les plages du fleuve ou du littoral : textiles, matières, fibres, plastiques, cordages, flotteurs…

Incorporer ces matières dans la création est une démarche artistique contemporaine à l’instar de la photographie, l’architecture, les arts décoratifs, le paysage végétal, les jardins, la vidéo…

Mon langage poétique et plasticien s'exprime avec la nature et par la nature que je passe au crible. Je suis un "ambassadeur de la nature", une vraie seconde nature par laquelle j'assouvis mon activité de cueilleur, glaneur.

Ma démarche est une forme de passerelle entre l'art d'aujourd'hui et des formes plus anciennes comme l'art des peuples arctiques (peuple du Dorset notamment) et celle plus contemporaine tel le dadaïsme dont Apollinaire en 1913 a jeté les prémices par son manifeste: "On peut peindre avec ce qu'on voudra, avec des pipes, des timbres-poste, des cartes postales ou à jouer, des candélabres, morceaux de toile cirée, du papier peint, des journaux".(Picasso - Braque...)

Le dadaïste Kurt Schwitters proposera ainsi de "déformuler" les débris, de redonner à ce qui a été mis en pièces une dignité nouvelle, de permettre à ces "restes d'accéder au "ciel des ordures". Jean Arp qui lui était contemporain et proche adoptera une démarche voisine avec sa trousse d'un Da ( 1920), bois flotté cloué sur bois.

Un peu plus tard Louise Nevelson contribua à l'émergence de l'assemblage avec des matériaux naturels ou détournés puisés dans l'environnement immédiat.

Pour moi, l'assemblage, tout comme la mosaïque est un procédé permettant de créer des représentations concrètes ou abstraites d'où surgissent l'image, le motif.

Repost 0
Published by melodymaker
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 07:55
Channel n° 14 – Côtes, fleuves, estuaires et abers – Mosaïque et  Assemblage mixte © Levaillant 2014

Channel n° 14 – Côtes, fleuves, estuaires et abers – Mosaïque et Assemblage mixte © Levaillant 2014

"Channel" n° 14 – Colonne côtes, fleuves, estuaires et abers – mosaïque et assemblage mixte © Pascal Levaillant 2014

La série « Channel » commencée en 2014 est constituée actuellement d'une quarantaine d'opus mosaïque-assemblage dont les matières proviennent des ressources naturelles du littoral, des laisses de fleuve et de mer, de bois de barque, bois flotté de palette, bois des forêts et des chemins, bois de la plage, et des nombreux rebuts et déchets que l’on trouve en pleine nature, en bord de Seine ou au bord du littoral français.

Ce "Channel" n°14 m'a été inspiré par mes collectages en basse vallée de Seine, sur les plages bretonnes et de la Manche ainsi q'en Pays de Caux -bord de Seine et plus particulièrement sur la plage de Villequier - à Rives-en-Seine.

Le titre "Channel" rend hommage au pays de Caux entre terre et mer ouvert d'un côté sur la Manche et de l'autre sur la Seine

Cette série a un parfum d'aventure et chasse aux trésors sur les terres du pays de Caux.

Ce carré n° 14 est constitué de bois flotté, de cuir, de galets de polystyrène, de rondelles de flotteurs, de bouchons de liège, petits galets de brique rouge, de galets de craie blanche, de coquillages ainsi que de fragments de couverture cartonnée de vieux livres de leçons de choses...

L'encadrement est réalisé également en bois flotté.

Ce sont les fleuves français, les estuaires, les côtes françaises et les abers qui sont mis à l'honneur par ce format mosaïque et assemblage. C'est dans ces lieux que je collecte notamment mes "bois flotté"

Depuis douze ans je détourne activement les minéraux et les végétaux environnants valorisant ainsi leur diversité.

Ma démarche s’inscrit dans projet esthétique élaboré à partir d’éléments naturels collectés, sélectionnés, installés in situ (en pleine nature) ou intra-muros de lieux culturels et patrimoniaux.

La direction affichée est de promouvoir l’art de la nature, avec la nature tout en respectant l’environnement dont je prélève les matières issues du règne minéral, végétal et peu ou prou animal.

Créer avec et au sein du règne végétal, minéral et animal est une expérience, qui me permet de continuer d’entretenir un rapport intime avec la nature et dans la nature.

La nature est la plus belle des palettes pour le plasticien.

Ainsi sélectionnés ils deviennent motif, matériau, matière, support pour la création.

Le végétal et le minéral offrent une diversité, une mosaïque de couleurs sans limite à l’égal de l’infinie richesse des tonalités trouvées dans la nature à l’état naturel au gré des balades, des collectages, des collections de feuilles, feuillages, bois, roches, galets, graviers, coquillages, minéraux ou manufacturé: rebut, déchet que la mer et les eaux rejettent et repoussent sur les plages du fleuve ou du littoral : textiles, matières, fibres, plastiques, cordages, flotteurs…

Incorporer ces matières dans la création est une démarche artistique contemporaine à l’instar de la photographie, l’architecture, les arts décoratifs, le paysage végétal, les jardins, la vidéo…

Mon langage poétique et plasticien s'exprime avec la nature et par la nature que je passe au crible. Je suis un "ambassadeur de la nature", une vraie seconde nature par laquelle j'assouvis mon activité de cueilleur, glaneur.

Ma démarche est une forme de passerelle entre l'art d'aujourd'hui et des formes plus anciennes comme l'art des peuples arctiques (peuple du Dorset notamment) et celle plus contemporaine tel le dadaïsme dont Apollinaire en 1913 a jeté les prémices par son manifeste: "On peut peindre avec ce qu'on voudra, avec des pipes, des timbres-poste, des cartes postales ou à jouer, des candélabres, morceaux de toile cirée, du papier peint, des journaux".(Picasso - Braque...)

Le dadaïste Kurt Schwitters proposera ainsi de "déformuler" les débris, de redonner à ce qui a été mis en pièces une dignité nouvelle, de permettre à ces "restes d'accéder au "ciel des ordures". Jean Arp qui lui était contemporain et proche adoptera une démarche voisine avec sa trousse d'un Da ( 1920), bois flotté cloué sur bois.

Un peu plus tard Louise Nevelson contribua à l'émergence de l'assemblage avec des matériaux naturels ou détournés puisés dans l'environnement immédiat.

Pour moi, l'assemblage, tout comme la mosaïque est un procédé permettant de créer des représentations concrètes ou abstraites d'où surgissent l'image, le motif.

Repost 0
Published by melodymaker
commenter cet article
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 22:40
"Channel" n° 13 – Colonne de la Barre-y-Va – mosaïque et assemblage mixte - Seine normande et Pays de Caux © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n° 13 – Colonne de la Barre-y-Va – mosaïque et assemblage mixte - Seine normande et Pays de Caux © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n° 13 – Colonne de la Barre-y-Va – mosaïque et assemblage mixte - Seine normande et Pays de Caux © Pascal Levaillant 2014

La série « Channel » commencée en 2014 est constituée actuellement d'une quarantaine d'opus mosaïque-assemblage dont les matières proviennent des ressources naturelles du littoral, des laisses de fleuve et de mer, de bois de barque, bois flotté de palette, bois des forêts et des chemins, bois de la plage, et des nombreux rebuts et déchets que l’on trouve en pleine nature, en bord de Seine ou au bord du littoral français.

Ce "Channel" n°13 m'a été inspiré par mes collectages en basse vallée de Seine et en Pays de Caux entre Poses et l'embouchure et plus particulièrement sur la plage de Villequier - à Rives-en-Seine.

Le titre "Channel" rend hommage au pays de Caux entre terre et mer ouvert d'un côté sur la Manche et de l'autre sur la Seine

Cette série a un parfum d'aventure et chasse aux trésors sur les terres du pays de Caux.

Ce carré n° 13 est constitué de bois flotté, de cuir avec ses noirs et ses gris, de galets de polystyrène, de rondelles de flotteurs, de bouchons de liège, petits galets de brique rouge, de galets de craie blanche...

L'encadrement est réalisé également en bois flotté.

La Barre-y-Va est un hameau de Caudebec-en-Caux et de Villequier regroupé dans la nouvelle commune de Rives-sur Seine, ce hameau possède une magnifique demeure deux chapelles ainsi qu'à proximité un ancien habitat troglodytique.

Depuis douze ans je détourne activement les minéraux et les végétaux environnants valorisant ainsi leur diversité.

Ma démarche s’inscrit dans projet esthétique élaboré à partir d’éléments naturels collectés, sélectionnés, installés in situ (en pleine nature) ou intra-muros de lieux culturels et patrimoniaux.

La direction affichée est de promouvoir l’art de la nature, avec la nature tout en respectant l’environnement dont je prélève les matières issues du règne minéral, végétal et peu ou prou animal.

Créer avec et au sein du règne végétal, minéral et animal est une expérience, qui me permet de continuer d’entretenir un rapport intime avec la nature et dans la nature.

La nature est la plus belle des palettes pour le plasticien.

Ainsi sélectionnés ils deviennent motif, matériau, matière, support pour la création.

Le végétal et le minéral offrent une diversité, une mosaïque de couleurs sans limite à l’égal de l’infinie richesse des tonalités trouvées dans la nature à l’état naturel au gré des balades, des collectages, des collections de feuilles, feuillages, bois, roches, galets, graviers, coquillages, minéraux ou manufacturé: rebut, déchet que la mer et les eaux rejettent et repoussent sur les plages du fleuve ou du littoral : textiles, matières, fibres, plastiques, cordages, flotteurs…

Incorporer ces matières dans la création est une démarche artistique contemporaine à l’instar de la photographie, l’architecture, les arts décoratifs, le paysage végétal, les jardins, la vidéo…

Mon langage poétique et plasticien s'exprime avec la nature et par la nature que je passe au crible. Je suis un "ambassadeur de la nature", une vraie seconde nature par laquelle j'assouvis mon activité de cueilleur, glaneur.

Ma démarche est une forme de passerelle entre l'art d'aujourd'hui et des formes plus anciennes comme l'art des peuples arctiques (peuple du Dorset notamment) et celle plus contemporaine tel le dadaïsme dont Apollinaire en 1913 a jeté les prémices par son manifeste: "On peut peindre avec ce qu'on voudra, avec des pipes, des timbres-poste, des cartes postales ou à jouer, des candélabres, morceaux de toile cirée, du papier peint, des journaux".(Picasso - Braque...)

Le dadaïste Kurt Schwitters proposera ainsi de "déformuler" les débris, de redonner à ce qui a été mis en pièces une dignité nouvelle, de permettre à ces "restes d'accéder au "ciel des ordures". Jean Arp qui lui était contemporain et proche adoptera une démarche voisine avec sa trousse d'un Da ( 1920), bois flotté cloué sur bois.

Un peu plus tard Louise Nevelson contribua à l'émergence de l'assemblage avec des matériaux naturels ou détournés puisés dans l'environnement immédiat.

Pour moi, l'assemblage, tout comme la mosaïque est un procédé permettant de créer des représentations concrètes ou abstraites d'où surgissent l'image, le motif.

Repost 0
Published by melodymaker
commenter cet article
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 11:16
"Channel" n° 12 – Colonne de la Roquette –  mosaïque et assemblage mixte - Seine normande et Pays de Caux © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n° 12 – Colonne de la Roquette – mosaïque et assemblage mixte - Seine normande et Pays de Caux © Pascal Levaillant 2014

La série « Channel » commencée en 2014 est constituée actuellement d'une quarantaine d'opus mosaïque-assemblage dont les matières proviennent des ressources naturelles du littoral, des laisses de fleuve et de mer, de bois de barque, bois flotté de palette, bois des forêts et des chemins, bois de la plage, et des nombreux rebuts et déchets que l’on trouve en pleine nature, en bord de Seine ou au bord du littoral français.

Ce "Channel" n°12 m'a été inspiré par mes collectages en basse vallée de Seine et en Pays de Caux entre Poses et l'embouchure et plus particulièrement sur la plage de Villequier - à Rives-en-Seine ainsi que sur la plage de St Aubin-sur-Mer.

Le titre "Channel" rend hommage au pays de Caux entre terre et mer ouvert d'un côté sur la Manche et de l'autre sur la Seine

Cette série a un parfum d'aventure et chasse aux trésors sur les terres du pays de Caux.

Ce carré n° 12 est constitué de bois flotté et de bois de barque aux couleurs locales avec ses noirs et ses gris, de galets de polystyrène, de rondelles de flotteurs, de bouchons de liège, de coquillages, petits galets de bris de vaisselle, de coquillages, de galets de verre dépoli, des épices..

L'encadrement est réalisé également en bois flotté.

La Roquette est un hameau de Villequier, commune de Rives-sur Seine, ce hameau possède une magnifique demeure datant du XVe siècle: Manoir des Roques de Villequier

Depuis douze ans je détourne activement les minéraux et les végétaux environnants valorisant ainsi leur diversité.

Ma démarche s’inscrit dans projet esthétique élaboré à partir d’éléments naturels collectés, sélectionnés, installés in situ (en pleine nature) ou intra-muros de lieux culturels et patrimoniaux.

La direction affichée est de promouvoir l’art de la nature, avec la nature tout en respectant l’environnement dont je prélève les matières issues du règne minéral, végétal et peu ou prou animal.

Créer avec et au sein du règne végétal, minéral et animal est une expérience, qui me permet de continuer d’entretenir un rapport intime avec la nature et dans la nature.

La nature est la plus belle des palettes pour le plasticien.

Ainsi sélectionnés ils deviennent motif, matériau, matière, support pour la création.

Le végétal et le minéral offrent une diversité, une mosaïque de couleurs sans limite à l’égal de l’infinie richesse des tonalités trouvées dans la nature à l’état naturel au gré des balades, des collectages, des collections de feuilles, feuillages, bois, roches, galets, graviers, coquillages, minéraux ou manufacturé: rebut, déchet que la mer et les eaux rejettent et repoussent sur les plages du fleuve ou du littoral : textiles, matières, fibres, plastiques, cordages, flotteurs…

Incorporer ces matières dans la création est une démarche artistique contemporaine à l’instar de la photographie, l’architecture, les arts décoratifs, le paysage végétal, les jardins, la vidéo…

Mon langage poétique et plasticien s'exprime avec la nature et par la nature que je passe au crible. Je suis un "ambassadeur de la nature", une vraie seconde nature par laquelle j'assouvis mon activité de cueilleur, glaneur.

Ma démarche est une forme de passerelle entre l'art d'aujourd'hui et des formes plus anciennes comme l'art des peuples arctiques (peuple du Dorset notamment) et celle plus contemporaine tel le dadaïsme dont Apollinaire en 1913 a jeté les prémices par son manifeste: "On peut peindre avec ce qu'on voudra, avec des pipes, des timbres-poste, des cartes postales ou à jouer, des candélabres, morceaux de toile cirée, du papier peint, des journaux".(Picasso - Braque...)

Le dadaïste Kurt Schwitters proposera ainsi de "déformuler" les débris, de redonner à ce qui a été mis en pièces une dignité nouvelle, de permettre à ces "restes d'accéder au "ciel des ordures". Jean Arp qui lui était contemporain et proche adoptera une démarche voisine avec sa trousse d'un Da ( 1920), bois flotté cloué sur bois.

Un peu plus tard Louise Nevelson contribua à l'émergence de l'assemblage avec des matériaux naturels ou détournés puisés dans l'environnement immédiat.

Pour moi, l'assemblage, tout comme la mosaïque est un procédé permettant de créer des représentations concrètes ou abstraites d'où surgissent l'image, le motif.

Repost 0
Published by melodymaker
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 21:47
"Channel" n° 11 – Colonne pochoir –  mosaïque et assemblage mixte - Seine normande © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n° 11 – Colonne pochoir – mosaïque et assemblage mixte - Seine normande © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n° 11 – Colonne pochoir – mosaïque et assemblage mixte - Seine normande

© Pascal Levaillant 2014

La série « Channel » commencée en 2014 est constituée actuellement d'une quarantaine d'opus mosaïque-assemblage dont les matières proviennent des ressources naturelles du littoral, des laisses de fleuve et de mer, de bois de barque, bois flotté de palette, bois des forêts et des chemins, bois de la plage, et des nombreux rebuts et déchets que l’on trouve en pleine nature, en bord de Seine ou au bord du littoral français.

Ce "Channel" n°11 m'a été inspiré par mes collectages en basse vallée de Seine entre Poses et l'embouchure et plus particulièrement sur la plage de Villequier - à Rives-en-Seine ainsi que sur la plage de St Aubin-sur-Mer.

Le titre "Channel" rend hommage au pays de Caux entre terre et mer ouvert d'un côté sur la Manche et de l'autre sur la Seine

Cette série a un parfum d'aventure et chasse aux trésors sur les terres du pays de Caux.

Ce carré n° 11 est constitué de bois flotté et de bois de barque aux couleurs locales avec ses noirs, ses gris notamment, de galets de polystyrène, de rondelles de flotteurs, de bouchons de liège, de coquillages, petits galets, carreau de cuir...

L'encadrement est réalisé également en bois flotté.

Depuis douze ans je détourne activement les minéraux et les végétaux environnants valorisant ainsi leur diversité.

Ma démarche s’inscrit dans projet esthétique élaboré à partir d’éléments naturels collectés, sélectionnés, installés in situ (en pleine nature) ou intra-muros de lieux culturels et patrimoniaux.

La direction affichée est de promouvoir l’art de la nature, avec la nature tout en respectant l’environnement dont je prélève les matières issues du règne minéral, végétal et peu ou prou animal.

Créer avec et au sein du règne végétal, minéral et animal est une expérience, qui me permet de continuer d’entretenir un rapport intime avec la nature et dans la nature.

La nature est la plus belle des palettes pour le plasticien.

Ainsi sélectionnés ils deviennent motif, matériau, matière, support pour la création.

Le végétal et le minéral offrent une diversité, une mosaïque de couleurs sans limite à l’égal de l’infinie richesse des tonalités trouvées dans la nature à l’état naturel au gré des balades, des collectages, des collections de feuilles, feuillages, bois, roches, galets, graviers, coquillages, minéraux ou manufacturé: rebut, déchet que la mer et les eaux rejettent et repoussent sur les plages du fleuve ou du littoral : textiles, matières, fibres, plastiques, cordages, flotteurs…

Incorporer ces matières dans la création est une démarche artistique contemporaine à l’instar de la photographie, l’architecture, les arts décoratifs, le paysage végétal, les jardins, la vidéo…

Mon langage poétique et plasticien s'exprime avec la nature et par la nature que je passe au crible. Je suis un "ambassadeur de la nature", une vraie seconde nature par laquelle j'assouvis mon activité de cueilleur, glaneur.

Ma démarche est une forme de passerelle entre l'art d'aujourd'hui et des formes plus anciennes comme l'art des peuples arctiques (peuple du Dorset notamment) et celle plus contemporaine tel le dadaïsme dont Apollinaire en 1913 a jeté les prémices par son manifeste: "On peut peindre avec ce qu'on voudra, avec des pipes, des timbres-poste, des cartes postales ou à jouer, des candélabres, morceaux de toile cirée, du papier peint, des journaux".(Picasso - Braque...)

Le dadaïste Kurt Schwitters proposera ainsi de "déformuler" les débris, de redonner à ce qui a été mis en pièces une dignité nouvelle, de permettre à ces "restes d'accéder au "ciel des ordures". Jean Arp qui lui était contemporain et proche adoptera une démarche voisine avec sa trousse d'un Da ( 1920), bois flotté cloué sur bois.

Un peu plus tard Louise Nevelson contribua à l'émergence de l'assemblage avec des matériaux naturels ou détournés puisés dans l'environnement immédiat.

Pour moi, l'assemblage, tout comme la mosaïque est un procédé permettant de créer des représentations concrètes ou abstraites d'où surgissent l'image, le motif.

Repost 0
Published by melodymaker
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 12:31
Channel n° 10 – « Mosaïque et Appliqué »  assemblage mixte – 2011-2014

Channel n° 10 – « Mosaïque et Appliqué » assemblage mixte – 2011-2014

Channel n° 10 – « Mosaïque et Appliqué » assemblage mixte – 2011-2014

La série « Channel » commencée en 2014 est constituée actuellement d'une quarantaine d'opus mosaïque-assemblage dont les matières proviennent des ressources naturelles du littoral, des laisses de fleuve et de mer, de bois de barque, bois flotté de palette, bois des forêts et des chemins, bois de la plage, et des nombreux rebuts et déchets que l’on trouve en pleine nature, en bord de Seine ou au bord du littoral français.

Je ramasse essentiellement ces rebuts dans le département de la Manche de la baie du Mont St Michel à la baie du Vey, qui sur ses innombrables espaces naturels le plus souvent délaissés regorgent de petits trésors.

Cet opus commencé en 2011 s'est enrichi de bois flotté en 2014 et se trouve désormais intégré à la série channel depuis 2014.

Ce "Channel" n°10 . Cet assemblage-mosaïque m'a été inspiré par l'appliqué et le patchwork dont les origines proviennent d'un art égyptien vieux de 3000 ans environ: l'image dans le tapis.

A l’origine il y a près de 5000 ans avant J.C est née (elle est exposée à Berlin) suvie de près par l’appliqué en Egypte (3000 ans avant J.C): on a retrouvé dans des tombes de cette époque des fragments de tissus, agrémentés de scènes comparables à celles des peintures de ces tombes, exécutées par l'application cousue de tissus de couleurs différentes.

(source: introduction de l'ouvrage crochet, tissage patchwork de D. et E. Cauche, Collection placée sous le patronage de Jacques Anquetil, Président-Fondateur de la Maison des Métiers d'Art Français, France Loisirs,1978)

L’idée des égyptiens, par le maillage de fibres textiles et le tissu, était de figurer et de représenter “l’image dans le tapis” tout comme en mosaïque “l’image surgissant du pavement au sol”

Les anglo-saxons ont juste décliné cet assemblage textile en patchwork: rien de nouveau à l'ouest dirons-nous.

[Mosaïque et Appliqué] est juste un hommage à “Ces premières formes d'"arts appliqués"

Le titre "Channel" rend hommage à la Manche, (Breizh Mor) et à la mer d'Iroise.

Cette série a un parfum d'aventure et chasse aux trésors.

Ce carré n° 10 est constitué multiples matières dont du payrus, du tissu africian, des smalts vénitiens, une monnaie l'éole frappée à Dieppe dans les années 90, du pastel, du caryon gras, de l'encens, de la céramique, de la terre cuite, du verre, des boulons, des rondelles métalliques, du bois flotté et de bois de barque, des flotteurs en liège d'origine du Portugal, des émaux d'Albertini fabricant d'émaux en région Ile de France, du cuir, de carton, de bris de poterie antique, de bris de tuiles romaines antiques, des timbres...

Depuis douze ans je détourne activement les minéraux et les végétaux environnants valorisant ainsi leur diversité.

Ma démarche s’inscrit dans projet esthétique élaboré à partir d’éléments naturels collectés, sélectionnés, installés in situ (en pleine nature) ou intra-muros de lieux culturels et patrimoniaux.

La direction affichée est de promouvoir l’art de la nature, avec la nature tout en respectant l’environnement dont je prélève les matières issues du règne minéral, végétal et peu ou prou animal.

Créer avec et au sein du règne végétal, minéral et animal est une expérience, qui me permet de continuer d’entretenir un rapport intime avec la nature et dans la nature.

La nature est la plus belle des palettes pour le plasticien.

Ainsi sélectionnés ils deviennent motif, matériau, matière, support pour la création.

Le végétal et le minéral offrent une diversité, une mosaïque de couleurs sans limite à l’égal de l’infinie richesse des tonalités trouvées dans la nature à l’état naturel au gré des balades, des collectages, des collections de feuilles, feuillages, bois, roches, galets, graviers, coquillages, minéraux ou manufacturé: rebut, déchet que la mer et les eaux rejettent et repoussent sur les plages du fleuve ou du littoral : textiles, matières, fibres, plastiques, cordages, flotteurs…

Incorporer ces matières dans la création est une démarche artistique contemporaine à l’instar de la photographie, l’architecture, les arts décoratifs, le paysage végétal, les jardins, la vidéo…

Mon langage poétique et plasticien s'exprime avec la nature et par la nature que je passe au crible. Je suis un "ambassadeur de la nature", une vraie seconde nature par laquelle j'assouvis mon activité de cueilleur, glaneur.

Ma démarche est une forme de passerelle entre l'art d'aujourd'hui et des formes plus anciennes comme l'art des peuples arctiques (peuple du Dorset notamment) et celle plus contemporaine tel le dadaïsme dont Apollinaire en 1913 a jeté les prémices par son manifeste: "On peut peindre avec ce qu'on voudra, avec des pipes, des timbres-poste, des cartes postales ou à jouer, des candélabres, morceaux de toile cirée, du papier peint, des journaux".

Le dadaïste Kurt Schwitters proposera ainsi de "déformuler" les débris, de redonner à ce qui a été mis en pièces une dignité nouvelle, de permettre à ces "restes d'accéder au "ciel des ordures". Jean Arp qui lui était contemporain et proche adoptera une démarche voisine avec sa trousse d'un Da ( 1920), bois flotté cloué sur bois.

Un peu plus tard Louise Nevelson contribua à l'émergence de l'assemblage avec des matériaux naturels ou détournés puisés dans l'environnement immédiat.

Pour moi, l'assemblage, tout comme la mosaïque est un procédé permettant de créer des représentations concrètes ou abstraites d'où surgissent l'image, le motif.

"Le bois flotté existe depuis la nuit des temps, c'est la mémoire du monde "

© Pascal Levaillant 2014, propos recueilli par E.P. in Maisons CôtéOuest Avril-mai 2014

Repost 0
Published by melodymaker
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 12:25
"Channel" n° 9 – été – Assemblage mixte © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n° 9 – été – Assemblage mixte © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n° 9 – Automne – Assemblage mixte © Pascal Levaillant 2014

La série « Channel » commencée en 2014 est constituée actuellement d'une quarantaine d'opus mosaïque-assemblage dont les matières proviennent des ressources naturelles du littoral, des laisses de fleuve et de mer, de bois de barque, bois flotté de palette, bois des forêts et des chemins, bois de la plage, et des nombreux rebuts et déchets que l’on trouve en pleine nature, en bord de Seine ou au bord du littoral français.

Je ramasse essentiellement ces rebuts dans le département de la Manche de la baie du Mont St Michel à la baie du Vey, qui sur ses innombrables espaces naturels le plus souvent délaissés regorgent de petits trésors.

Toutefois un certain J.G.Gwezenneg, immense artiste dont l'oeuvre est considérable, arpente les plages du Cotentin depuis les années 50, il me confiait récemment qu'il constatait une rariffication des échouages de ces ressources sur la côte (bois de barque) au profit de bois de palette, de cagette ou autres contreplaqués mais en plus petite quantité. En ayant randonné sur l'ensemble de la côte du Cotentin de 2006 à aujourd'hui je fais le même constat. En revanche la Seine a toujours coutume de charrier et charrier du bois flotté. Les dernières inondations amènent de nouvelles ressources.

On peut dire aujourd'hui que ces bois se méritent car il faut "aller à gravage" inlassablement mais quel plaisir et quel bonheur au final.

Ce "Channel" n°9 est la suite logique de "Hiver", "printemps" et été, le quatrième opus de la série "saisons". Cet assemblage m'a été inspiré par mes collectages dans le Finistère au pays du pinsé aux embouchures des abers mais aussi à Douarnenez dans le Finistère Sud.

Le titre "Channel" rend hommage à la Manche, (Breizh Mor) et à la mer d'Iroise.

Cette série a un parfum d'aventure et chasse aux trésors notamment sur les terres bretonnes, du bout du monde.

Ce carré n°8 est constitué de bois flotté et de bois de barque aux couleurs locales, couleurs chaudes et estivales, de flotteurs en liège d'origine du Portugal, d'émaux d'Albertini fabricant d'émaux en région Ile de France de cuir, de céramique, de faïence, ...

L'encadrement est réalisé également en bois flotté.

Depuis douze ans je détourne activement les minéraux et les végétaux environnants valorisant ainsi leur diversité.

Ma démarche s’inscrit dans projet esthétique élaboré à partir d’éléments naturels collectés, sélectionnés, installés in situ (en pleine nature) ou intra-muros de lieux culturels et patrimoniaux.

La direction affichée est de promouvoir l’art de la nature, avec la nature tout en respectant l’environnement dont je prélève les matières issues du règne minéral, végétal et peu ou prou animal.

Créer avec et au sein du règne végétal, minéral et animal est une expérience, qui me permet de continuer d’entretenir un rapport intime avec la nature et dans la nature.

La nature est la plus belle des palettes pour le plasticien.

Ainsi sélectionnés ils deviennent motif, matériau, matière, support pour la création.

Le végétal et le minéral offrent une diversité, une mosaïque de couleurs sans limite à l’égal de l’infinie richesse des tonalités trouvées dans la nature à l’état naturel au gré des balades, des collectages, des collections de feuilles, feuillages, bois, roches, galets, graviers, coquillages, minéraux ou manufacturé: rebut, déchet que la mer et les eaux rejettent et repoussent sur les plages du fleuve ou du littoral : textiles, matières, fibres, plastiques, cordages, flotteurs…

Incorporer ces matières dans la création est une démarche artistique contemporaine à l’instar de la photographie, l’architecture, les arts décoratifs, le paysage végétal, les jardins, la vidéo…

Mon langage poétique et plasticien s'exprime avec la nature et par la nature que je passe au crible. Je suis un "ambassadeur de la nature", une vraie seconde nature par laquelle j'assouvis mon activité de cueilleur, glaneur.

Ma démarche est une forme de passerelle entre l'art d'aujourd'hui et des formes plus anciennes comme l'art des peuples arctiques (peuple du Dorset notamment) et celle plus contemporaine tel le dadaïsme dont Apollinaire en 1913 a jeté les prémices par son manifeste: "On peut peindre avec ce qu'on voudra, avec des pipes, des timbres-poste, des cartes postales ou à jouer, des candélabres, morceaux de toile cirée, du papier peint, des journaux".

Le dadaïste Kurt Schwitters proposera ainsi de "déformuler" les débris, de redonner à ce qui a été mis en pièces une dignité nouvelle, de permettre à ces "restes d'accéder au "ciel des ordures". Jean Arp qui lui était contemporain et proche adoptera une démarche voisine avec sa trousse d'un Da ( 1920), bois flotté cloué sur bois.

Un peu plus tard Louise Nevelson contribua à l'émergence de l'assemblage avec des matériaux naturels ou détournés puisés dans l'environnement immédiat.

Pour moi, l'assemblage, tout comme la mosaïque est un procédé permettant de créer des représentations concrètes ou abstraites d'où surgissent l'image, le motif.

"Le bois flotté existe depuis la nuit des temps, c'est la mémoire du monde "

© Pascal Levaillant 2014, propos recueilli par E.P. in Maisons CôtéOuest Avril-mai 2014

artiste incontournable de la Manche:

J.-G GWEZENNEG - la vie et l'œuvre d'un guetteur des origines, un fils ...

jggwezenneg.over-blog.com/

Repost 0
Published by melodymaker
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 07:44
"Channel" n° 8 – Eté – Assemblage mixte © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n° 8 – Eté – Assemblage mixte © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n° 8 – été – Assemblage mixte © Pascal Levaillant 2014

La série « Channel » commencée en 2014 est constituée actuellement d'une quarantaine d'opus mosaïque-assemblage dont les matières proviennent des ressources naturelles du littoral, des laisses de fleuve et de mer, de bois de barque, bois flotté de palette, bois des forêts et des chemins, bois de la plage, et des nombreux rebuts et déchets que l’on trouve en pleine nature, en bord de Seine ou au bord du littoral français.

Je ramasse essentiellement ces rebuts dans le département de la Manche de la baie du Mont St Michel à la baie du Vey, qui sur ses innombrables espaces naturels le plus souvent délaissés regorgent de petits trésors.

Toutefois un certain J.G.Gwezenneg, immense artiste dont l'oeuvre est considérable, arpente les plages du Cotentin depuis les années 50, il me confiait récemment qu'il constatait une rariffication des échouages de ces ressources sur la côte (bois de barque) au profit de bois de palette, de cagette ou autres contreplaqués mais en plus petite quantité. En ayant randonné sur l'ensemble de la côte du Cotentin de 2006 à aujourd'hui je fais le même constat. En revanche la Seine a toujours coutume de charrier et charrier du bois flotté. Les dernières inondations amènent de nouvelles ressources.

On peut dire aujourd'hui que ces bois se méritent car il faut "aller à gravage" inlassablement mais quel plaisir et quel bonheur au final.

Ce "Channel" n°8 est la suite logique de "Hiver", "printemps" et le troisième opus de la série "saisons". Cet assemblage m'a été inspiré par mes collectages dans le Finistère au pays du pinsé aux embouchures des abers mais aussi à Douarnenez dans le Finistère Sud.

Le titre "Channel" rend hommage à la Manche, (Breizh Mor) et à la mer d'Iroise.

Cette série a un parfum d'aventure et chasse aux trésors notamment sur les terres bretonnes, du bout du monde.

Ce carré n°8 est constitué de bois flotté et de bois de barque aux couleurs locales, couleurs chaudes et estivales, de flotteurs en liège d'origine du Portugal, d'émaux d'Albertini fabricant d'émaux en région Ile de France de cuir, de galets plats...

L'encadrement est réalisé également en bois flotté.

Depuis douze ans je détourne activement les minéraux et les végétaux environnants valorisant ainsi leur diversité.

Ma démarche s’inscrit dans projet esthétique élaboré à partir d’éléments naturels collectés, sélectionnés, installés in situ (en pleine nature) ou intra-muros de lieux culturels et patrimoniaux.

La direction affichée est de promouvoir l’art de la nature, avec la nature tout en respectant l’environnement dont je prélève les matières issues du règne minéral, végétal et peu ou prou animal.

Créer avec et au sein du règne végétal, minéral et animal est une expérience, qui me permet de continuer d’entretenir un rapport intime avec la nature et dans la nature.

La nature est la plus belle des palettes pour le plasticien.

Ainsi sélectionnés ils deviennent motif, matériau, matière, support pour la création.

Le végétal et le minéral offrent une diversité, une mosaïque de couleurs sans limite à l’égal de l’infinie richesse des tonalités trouvées dans la nature à l’état naturel au gré des balades, des collectages, des collections de feuilles, feuillages, bois, roches, galets, graviers, coquillages, minéraux ou manufacturé: rebut, déchet que la mer et les eaux rejettent et repoussent sur les plages du fleuve ou du littoral : textiles, matières, fibres, plastiques, cordages, flotteurs…

Incorporer ces matières dans la création est une démarche artistique contemporaine à l’instar de la photographie, l’architecture, les arts décoratifs, le paysage végétal, les jardins, la vidéo…

Mon langage poétique et plasticien s'exprime avec la nature et par la nature que je passe au crible. Je suis un "ambassadeur de la nature", une vraie seconde nature par laquelle j'assouvis mon activité de cueilleur, glaneur.

Ma démarche est une forme de passerelle entre l'art d'aujourd'hui et des formes plus anciennes comme l'art des peuples arctiques (peuple du Dorset notamment) et celle plus contemporaine tel le dadaïsme dont Apollinaire en 1913 a jeté les prémices par son manifeste: "On peut peindre avec ce qu'on voudra, avec des pipes, des timbres-poste, des cartes postales ou à jouer, des candélabres, morceaux de toile cirée, du papier peint, des journaux".

Le dadaïste Kurt Schwitters proposera ainsi de "déformuler" les débris, de redonner à ce qui a été mis en pièces une dignité nouvelle, de permettre à ces "restes d'accéder au "ciel des ordures". Jean Arp qui lui était contemporain et proche adoptera une démarche voisine avec sa trousse d'un Da ( 1920), bois flotté cloué sur bois.

Un peu plus tard Louise Nevelson contribua à l'émergence de l'assemblage avec des matériaux naturels ou détournés puisés dans l'environnement immédiat.

Pour moi, l'assemblage, tout comme la mosaïque est un procédé permettant de créer des représentations concrètes ou abstraites d'où surgissent l'image, le motif.

"Le bois flotté existe depuis la nuit des temps, c'est la mémoire du monde "

© Pascal Levaillant 2014, propos recueilli par E.P. in Maisons CôtéOuest Avril-mai 2014

artiste incontournable de la Manche:

J.-G GWEZENNEG - la vie et l'œuvre d'un guetteur des origines, un fils ...

jggwezenneg.over-blog.com/

Repost 0
Published by melodymaker
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 17:35
"Channel" n°7 –  Printemps – Assemblage mixte  © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n°7 – Printemps – Assemblage mixte © Pascal Levaillant 2014

"Channel" n°7 – Printemps – Assemblage mixte © Pascal Levaillant 2014

La série « Channel » commencée en 2014 est constituée actuellement d'une quarantaine d'opus mosaïque-assemblage dont les matières proviennent des ressources naturelles du littoral, des laisses de fleuve et de mer, de bois de barque, bois flotté de palette, bois des forêts et des chemins, bois de la plage, et des nombreux rebuts et déchets que l’on trouve en pleine nature, en bord de Seine ou au bord du littoral français.

Je ramasse essentiellement ces rebuts dans le département de la Manche de la baie du Mont St Michel à la baie du Vey, qui sur ses innombrables espaces naturels le plus souvent délaissés regorgent de petits trésors.

Toutefois un certain J.G.Gwezenneg qui arpente les plages du Cotentin depuis les années 50, me confiait récemment qu'il constatait une rariffication des échouages de ces ressources sur la côte (bois de barque) au profit de bois de palette, de cagette ou autres contreplaqués mais en plus petite quantité. En ayant randonné sur l'ensemble de la côte du Cotentin de 2006 à aujourd'hui je fais le même constat. En revanche la Seine a toujours coutume de charrier et charrier du bois flotté. Les dernières inondations amènent de nouvelles ressources.

On peut dire aujourd'hui que ces bois se méritent car il faut "aller à gravage" inlassablement mais quel plaisir et quel bonheur au final.

Ce "Channel" n°7 est le deuxième opus de la série "saisons" dont le n°5 évoquant l'hiver. Cet assemblage m'a été inspiré par mes collectages dans le Finistère au pays du pinsé aux embouchures des abers mais aussi à Douarnenez dans le Finistère Sud.

Le titre "Channel" rend hommage à la Manche, (Breizh Mor) et à la mer d'Iroise.

Cette série a un parfum d'aventure et chasse aux trésors notamment sur les terres bretonnes, du bout du monde.

Ce carré n°7 est constitué de bois flotté et de bois de barque aux couleurs locales, couleurs printanières, de petits carreaux émaillés, de flotteurs en liège d'origine du Portugal, d'émaux d'Albertini fabricant d'émaux en région Ile de France de cuir, de faïence...

L'encadrement est réalisé également en bois flotté.

Depuis douze ans je détourne activement les minéraux et les végétaux environnants valorisant ainsi leur diversité.

Ma démarche s’inscrit dans projet esthétique élaboré à partir d’éléments naturels collectés, sélectionnés, installés in situ (en pleine nature) ou intra-muros de lieux culturels et patrimoniaux.

La direction affichée est de promouvoir l’art de la nature, avec la nature tout en respectant l’environnement dont je prélève les matières issues du règne minéral, végétal et peu ou prou animal.

Créer avec et au sein du règne végétal, minéral et animal est une expérience, qui me permet de continuer d’entretenir un rapport intime avec la nature et dans la nature.

La nature est la plus belle des palettes pour le plasticien.

Ainsi sélectionnés ils deviennent motif, matériau, matière, support pour la création.

Le végétal et le minéral offrent une diversité, une mosaïque de couleurs sans limite à l’égal de l’infinie richesse des tonalités trouvées dans la nature à l’état naturel au gré des balades, des collectages, des collections de feuilles, feuillages, bois, roches, galets, graviers, coquillages, minéraux ou manufacturé: rebut, déchet que la mer et les eaux rejettent et repoussent sur les plages du fleuve ou du littoral : textiles, matières, fibres, plastiques, cordages, flotteurs…

Incorporer ces matières dans la création est une démarche artistique contemporaine à l’instar de la photographie, l’architecture, les arts décoratifs, le paysage végétal, les jardins, la vidéo…

Mon langage poétique et plasticien s'exprime avec la nature et par la nature que je passe au crible. Je suis un "ambassadeur de la nature", une vraie seconde nature par laquelle j'assouvis mon activité de cueilleur, glaneur.

Ma démarche est une forme de passerelle entre l'art d'aujourd'hui et des formes plus anciennes comme l'art des peuples arctiques (peuple du Dorset notamment) et celle plus contemporaine tel le dadaïsme dont Apollinaire en 1913 a jeté les prémices par son manifeste: "On peut peindre avec ce qu'on voudra, avec des pipes, des timbres-poste, des cartes postales ou à jouer, des candélabres, morceaux de toile cirée, du papier peint, des journaux".

Le dadaïste Kurt Schwitters proposera ainsi de "déformuler" les débris, de redonner à ce qui a été mis en pièces une dignité nouvelle, de permettre à ces "restes d'accéder au "ciel des ordures". Jean Arp qui lui était contemporain et proche adoptera une démarche voisine avec sa trousse d'un Da ( 1920), bois flotté cloué sur bois.

Un peu plus tard Louise Nevelson contribua à l'émergence de l'assemblage avec des matériaux naturels ou détournés puisés dans l'environnement immédiat.

Pour moi, l'assemblage, tout comme la mosaïque est un procédé permettant de créer des représentations concrètes ou abstraites d'où surgissent l'image, le motif.

"Le bois flotté existe depuis la nuit des temps, c'est la mémoire du monde "

© Pascal Levaillant 2014, propos recueilli par E.P. in Maisons CôtéOuest Avril-mai 2014

artiste incontournable de la Manche:

J.-G GWEZENNEG - la vie et l'œuvre d'un guetteur des origines, un fils ...

jggwezenneg.over-blog.com/

Repost 0
Published by melodymaker
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pascal Levaillant artiste seinomarin
  • Le blog de Pascal Levaillant artiste seinomarin
  • : ce blog a vocation de compléter par des articles et documents visuels mes pratiques artistiques (elles sont multiples)l
  • Contact

Recherche

Pages: Côte D'albâtre À Pied